23/10/2006

LA FOUGUE INTACTE DE JAMES WHITE

photo concert James White and the contortions, Live à la soundstation, liège, goldo graphisme © goldo

Vingt ans d'inactivité et tout autant de kilos engrangés, James White pouvait laisser planer quelques doutes sur sa capacité à remuer une foule, même nostalgique. Connaissant l'ampleur des dégats laissés par des excès en tout genre, on pouvait même craindre le pire.

Vendredi soir, le James Brown blanc fut à la hauteur de sa réputation.
En quelques morceaux, il parvient à emmener l'audience dans son trip, et la mène dans l'underground new-yorkais. Il ne faut pas attendre longtemps pour avoir envie de l'accompagner dans ses petits pas de danse frénétiques, ses solos de saxe furieux et son chant torturé.

Il y a un côté extraterrestre chez ce musicien, qui à l'époque n'hésitait pas à balancer son pied dans un public qu'il trouvait trop amorphe, et l'on est content d'avoir partagé sa planète pour un soir!

13:06 Écrit par le Chef de Gare dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james white, james brown |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.