13/09/2006

CUISINE ET INDEPENDANCES

Stupeur et tremblement, le rayon « indé » est désormais rayé des plaquettes du département musique de la fnac ! Signe des temps, le compartiment qui abrita il y a peu les titres de transports les plus aventureux a dû ranger ses valises et opter pour un siège, certes plus confortable, mais néanmoins éjectable.
De « tout risque », on passe à la classe « touriste », comme si faire cohabiter les futurs Jack White ou Thom Yorke avec Sting et Phil Collins relevait d’une quelconque évidence.
A qui la faute ? Pas à la fnac, qui, même si elle sacrifie un de ses fleurons longtemps revendiqué, ne peut qu’adapter ses allées aux venues de plus en plus rectilignes de ses visiteurs.
Après un premier « electro choc » inéluctable, mais néanmoins douloureux, cette nouvelle orientation déroute et dépasse les bornes...d’écoute !
Se pose désormais la question de savoir si des niches doivent encore être réservées à la culture dite « indépendante », ou s’il est préférable qu’elle se fonde dans une certaine masse. Evitons peut-être de la rapprocher trop du rayon cuisine...

22:11 Écrit par le Chef de Gare dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fnac, thom yorke, jack white, phil collins, sting |  Facebook |

Commentaires

trop de concurrence? C’est de fait bien malheureux. La fnac qui se réorganise on ne sait d’ailleurs pas comment tellement ils font des changements dans leur infrastructure. Ils essaient de s’adapter mais faut il toujours suivre les tendances ? A l’heure où le rock dit « indé » marche plutôt bien, je trouve ce choix assez étrange. Est-ce que les fans d’indé vont chez Caroline pour leur sélection ou chez Mediamarkt pour les prix… la fnac change-t-elle de public… plein de questions sans réelles réponses.

PS : il n’y a pas de flux rss sur ce blog ?

Écrit par : bephrog | 29/09/2006

Les commentaires sont fermés.