09/01/2006

MC CARTNEY...RESPECT!

Si les chèques-cadeaux reçus à Noël traînaillent encore dans vos portefeuilles amaigris, si vous avez reporté jusqu’à la dernière échéance ces échanges synonymes d’ennuis, il n’est pas trop tard pour revenir sur quelques maîtres achats que les soldes n’éclipseront pas.

Au rayon musique, on ne peut passer sous silence l’émergence des nouveaux grands talents que sont Antony and the Jonsons et Coco Rosie aux Etats-Unis, et Camille en France.
Les premiers, nouveaux monstres de foire aux accents androgyniques et siamois, rappellent le génie polymorphe et décadent de David Bowie et de Lou Reed. Ce dernier, par ailleurs très admiratif de l’oeuvre d’Antony, prête sa voix sur l’un des morceaux du magnifique « I am a bird now ». Cet inépuisable album a également le mérite de ressusciter un émouvant Boy George, autre ange déchu.
Le continent américain nous a également donné à découvrir Arcade Fire, que le même Bowie et les trop présents U2 ont immédiatement adoubés !
De manière plus incongrue, nous avons été surpris et séduits par l’album de Black Mountain, étrange oeuvre au noir qui ressasse les idées héritées du Velvet, de Slint et de Sonic Youth.
Dans cette énumération de coups de coeur, les Anglais ne sont « of course » pas en reste. Avec des « meilleurs groupes du monde » comme Art Brut et Arctic Monkeys, le rock’n roll est encore à des millions de miles de son dernier souffle. Mais c’est cette vieille soupière de Paul Mc Cartney qui constitue la véritable surprise de cette année écoulée. Avec l’aide du décidément implacable Nigel Godrich, il nous a livré son plus bel album solo depuis « Ram », et des chansons qui auraient figuré sans honte sur une plaque des sacro-saints Beatles.

2005, excellent cru, fut également le théâtre de concerts mémorables : Arcade Fire, Cali, et plus près de chez nous, un inoubliable Andrew Bird, annoncé de retour début mai. « Stay tuned ! »

08:40 Écrit par le Chef de Gare | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.